Processus de création

Sur quel(s) support(s) travailles-tu ?

Je travaille principalement sur le support papier. En fonction du projet et des matériaux qu’il va nécessiter, je choisis un papier plus ou moins rigide. Le plus souvent, comme je peins à l’aquarelle, je vais avoir recours à du papier spécial aquarelle de grammage 300 g/m². Pour un simple dessin, j’utiliserai plutôt une classique feuille de papier blanc. Quant à mes croquis, je les réalise quasiment tous dans de petits carnets.

Quelles techniques et matériaux utilises-tu ?

Afin de donner vie à une œuvre, je fais toujours appel à des techniques traditionnelles de dessin et de peinture. J’ai pour habitude d’utiliser des matériaux à la fois classiques et modernes convenant à mon style non conventionnel.

Le crayon de papier me sert à réaliser croquis, esquisses préparatoires et dessin de l’œuvre. Le stylo-bille noir à pointe fine, lui, me permet de repasser le dessin au crayon en conservant un côté très dessiné, brisant ainsi tout effet de réalisme. Il est idéal pour représenter des éléments très détaillés avec beaucoup de précision et une grande finesse. Je le préfère au stylo-feutre, qui donne au dessin un aspect plus BD. 

Pour la mise en couleur, j’utilise toujours l’aquarelle. J’aime employer cette technique car celle-ci me permet de peindre avec légèreté et fluidité en apportant une tonalité douce à l’ensemble. Cela a quelque chose de magique. Dans la plupart de mes œuvres, j’utilise du sel en plus de l’aquarelle afin de créer des effets particuliers et d’imiter certaines matières, textures : ciel étoilé, végétation, fond marin…

Sur cette partie d’une œuvre en cours de réalisation, du sel fin a été ajouté à l’aquarelle encore humide.


J’ai également pour habitude d’ajouter, une fois l’aquarelle sèche, quelques touches d’acrylique au pinceau fin, pour faire ressortir certains détails, leur donner plus d’éclat ou de relief, ou tout simplement pour créer une certaine dynamique dans l’œuvre. Il va s’agir le plus souvent d’acrylique de couleur blanche. Le pinceau-brosse, quant à lui, me permet de projeter une multitude de petites éclaboussures sur le papier, produisant très rapidement un effet cosmique ou tacheté.

Il m’arrive d’avoir occasionnellement recours à certains matériaux (crayon de couleur, feutre…) ou à d’autres techniques, telles que le collage. Tout dépend du projet et du rendu que je souhaite obtenir.

L’arrière-plan de Ténèbres a été réalisé grâce à une grande variété de matériaux et de techniques : stylo, aquarelle, acrylique « effet métallique », acrylique rouge projetée à l’aide d’un pinceau-brosse, et collage de lettres découpées dans des magazines.

Utilises-tu également l’outil informatique ?

Pas dans le cadre du dessin, ni de la mise en couleur ! Je suis artiste traditionnelle, et non graphiste… Toutefois, j’y ai recours lors de mes recherches préparatoires, au cours desquelles je suis parfois amenée à utiliser un logiciel me permettant de réaliser un photomontage précédent mes esquisses. Ce même logiciel va également me servir lors de la post-production, si des retouches doivent être apportées à la photo représentant l’œuvre finie.

Où travailles-tu, et dans quelles conditions ?

Je travaille actuellement à mon domicile, dans une pièce qui me sert exclusivement d’atelier. J’ai tout mon matériel de dessin et de peinture à portée de main, et une table d’architecte que je peux redresser et abaisser à volonté ! De temps à autre, il m’arrive de me poser sur mon canapé ou sur mon lit, j’y trouve beaucoup de confort pour dessiner.

J’aime travailler dans le calme, mais jamais dans le silence le plus total : j’ai pour habitude d’écouter de la musique pendant que je dessine et peins, cela m’aide à trouver plus facilement l’inspiration et à mieux me concentrer. Parfois, quand le temps le permet, je sors travailler en pleine nature. J’emporte une partie de mon matériel, m’installe dans un coin tranquille, mets mes écouteurs, et me voici plongée dans la création !

Dessines-tu d’après de vrais modèles ?

Habituellement, je me base sur une ou plusieurs photos représentant la personne que je dois dessiner. Le reste du temps, j’imagine simplement mes personnages, de manière spontanée. Dans certains cas, quand j’ai besoin d’un modèle physique, il m’arrive de faire poser mon compagnon durant quelques minutes, ou bien je pose moi-même devant un miroir tout en dessinant.

Quelles sont les étapes de ton travail de création ?

Dans un premier temps, je cherche des idées, réfléchis à la composition de l’œuvre, à ce que je vais représenter et à comment je vais le représenter. Je fais des recherches, me documente, prends des notes, réalise un ou plusieurs croquis, des esquisses préparatoires, fais éventuellement un photomontage à partir d’images trouvées lors de mes recherches ou fournies par le client, de photos prises par moi, de captures d’écran…

Avant de réaliser le dessin au propre, je prépare le support. Si le format du papier est trop grand, je le découpe aux dimensions désirées, en conservant une petite marge de 2 ou 3 cm afin que les bords n’absorbent pas l’eau au moment de peindre. S’il s’agit d’un papier destiné à recevoir beaucoup de peinture, je le tends pour qu’il ne gondole pas par la suite.

Une fois le support prêt, je réalise d’abord le dessin au crayon de papier (parfois au critérium), puis j’effectue le tracé définitif au stylo-bille. Ensuite, l’œuvre est entièrement peinte à l’aquarelle, et j’ajoute quelques touches d’acrylique et d’autres éventuelles matières indispensables au rendu final.

Enfin, une fois l’œuvre achevée et la peinture sèche, je la prends en photo ou la scanne, la mets sous cadre et la protège dans un emballage en mousse ou dans du papier-bulles. En attendant qu’elle soit exposée ou remise au client, elle est conservée dans un espace de mon atelier, à l’abri de la lumière et de l’humidité.

Avant de publier la photo de l’œuvre finie sur internet ou de l’envoyer au client à sa demande, je recadre l’image et éventuellement la retouche grâce à un logiciel qui va me permettre d’ajouter, si besoin est, du texte (un titre, une citation, ma signature virtuelle) et certains effets, mais aussi d’ajuster les couleurs, la lumière et les contrastes, de façon à ce que le rendu final corresponde le plus fidèlement possible à l’œuvre originale sur papier.

We all float in Derry avant et après édition.

Combien de temps mets-tu pour réaliser une œuvre ?

La durée de réalisation dépend de l’ampleur du projet. Plus une œuvre est détaillée et comporte de sujets, d’éléments, de formes et de couleurs, plus je passe de temps dessus. Il en va de même pour une illustration de petite taille car celle-ci me demande plus de concentration et de précision.

Comme mon temps de travail varie en fonction du projet et de la manière dont s’organise mon planning, il m’est impossible de faire une estimation en heures, mais pour vous donner une idée du temps que je peux passer sur un projet, pour une œuvre de petite taille (format carte postale ou demi-page) je me donne en général un délai d’1 semaine, pour une œuvre pleine page : 1 mois, et grand format : 1 à 3 mois.

Comment s’organise ton planning ?

La majeure partie de mon temps est consacrée à ma production personnelle, qui est destinée à être publiée sur mon site, diffusée sur les réseaux sociaux, puis exposée au grand public. Le reste du temps, je réalise des croquis pour m’exercer, travailler ma technique et me perfectionner.

Dès lors que je reçois une commande, le client devient prioritaire et mes projets artistiques personnels passent au second plan. Je mets tout en œuvre pour respecter les délais de réalisation qui ont été fixés, en gardant toujours un peu de marge au cas où se produirait un imprévu. Cela ne m’empêche pas de faire quelques pauses dans la semaine, ni de continuer à avancer sur mes propres projets.

C’est pourquoi, lorsque je reçois plusieurs commandes durant la même période, j’en gère toujours une à la fois.

Gères-tu toi-même ton site internet ?

Mon site a été créé par Webcrafter, c’est lui qui en assure la maintenance et qui effectue les mises à jour. Pour ma part, je m’occupe de répondre moi-même aux mails et aux demandes de devis qui me sont envoyés depuis le site.

Je gère également ma communication sur les réseaux sociaux, que j’utilise à la fois pour partager mon travail, recevoir des avis, répondre aux questions, et pour échanger à propos d’art, de cinéma, de littérature… Très réactive, je réponds souvent en moins d’une heure aux messages.

Cela fait partie de mes missions quotidiennes et requiert un certain temps à côté de mon travail artistique. Heureusement, au cours de mes études j’ai acquis des compétences dans le domaine de la communication et de la gestion des images, ce qui me permet de réaliser ces tâches avec efficacité.